L’Egypte Ancienne au British Muséum

 

Impossible de visiter le British Muséum sans aller faire un tour dans le département des antiquités Egyptiennes. On y trouves des sculptures, des tombeaux, des statuettes, des momies, des sarcophages … le tout en excellent état de conservation.

P3230205 P3230206

1) le buste de Ramsès II                    2) statues assyriennes

26506_1411498486524_1204353020_31217901_1384356_n P3230204

1) Copie de la Pierre de Rosette

2) L’originale Pierre de Rosette qui se trouve sous verre à l’entrée du département “Antiquités Egyptiennes”  (196 av. JC)

La pierre de Rosette est un fragment de stèle en granit noir, assimilée souvent à tort à du basalte, découverte dans le village de el-Rashid (Fort St Julien) en juillet 1799 durant la campagne de Bonaparte en Égypte. Un jeune officier du génie, Pierre-François-Xavier Bouchard, remarquera cette pierre noire lors de travaux de terrassement dans une ancienne forteresse turque. Les Anglais, victorieux du général Menou en 1801, exigeront la livraison de monuments antiques, dont la pierre de Rosette, lors de la signature du Traité d’Alexandrie. Une reproduction du texte sera envoyée en France pour y être étudiée.
Les inscriptions portées sont un même texte rédigé en trois systèmes d’écritures différentes : des hiéroglyphes, du démotique et du grec. Jean-François Champollion, âgé de dix ans au moment de la découverte de la pierre, se lancera très jeune dans le déchiffrement. Il pressentira que la clé était la connaissance des textes anciens et surtout du copte, langue parlée en Egypte, et descendant de l’ancien égyptien. Après huit années de travail acharné, il annoncera à la communauté scientifique, en 1822, avoir percé le secret des hiéroglyphes. Le texte inscrit sur la pierre est un décret ptolémaïque de 196 avant Jésus-Christ. La partie grecque de la pierre de Rosette commence ainsi : “Basileuontos tou neou kai paralabontos tén basileian para tou patros… “(Le nouveau roi, ayant reçu le royaume de son père…). C’est un décret de Ptolémée V Epiphane, décrivant des impôts qu’il abrogea (dont l’un est mesuré en ardebs (grec artabai) par aroure) et instituant l’ordre d’ériger des statues dans des temples. La dernière phrase indique que ce décret devra être inscrit sur une stèle de pierre dure dans l’écriture des mots des dieux (hiéroglyphes), l’écriture populaire (démotique) et la langue grecque.

Ci-dessous, Momies égyptiennes

P3230211

P3230215

Ci-dessous, Momies romaines. Le visage du défunt était peint sur les bandes ou le sarcophage

P3230212

P3230213

P3230216

Radio d’une momie

P3230209 P3230220

1) Scarabée géant

2) Sarcophages

 

P3230221

P3230222

Momie d’une jeune princesse égyptienne

P3230223

Body of Ginger : Momification naturelle (date de plus de 3000 ans AV JC)

P3230224

Les premiers cercueils

P3230208

Fausse porte de Ptahshepses, grand-prêtre de Ptah. Il était un des enfants royaux sous les règnes de Menkaure et Shepseskaf