La butte Montmartre

Mardi 14 Juillet 2009 ! Il fait chaud et la capitale est prise d’assaut par les touristes qui veulent assister au défilé des Armées françaises sur les Champs Elysées, puis le soir sur le Champs de Mars, au pied de la Tour Eiffel, un concert gratuit de Johnny Haliday et Christophe Maé offert par la Mairie de Paris et pour cloturer la journée, le plus beau feu d’artifice du monde, tiré de Mme la Tour Eiffel, en personne !!

 

sans-titre-2

En montant vers la Butte Montmartre …

Nous décidons de nous promener dans l’après-midi dans le quartier de Montmartre, après avoir une fois de plus mangé un délicieux Ribs au Hard Rock Café. Nous marchons sur les grands boulevards pour aller jusqu’à Pigalle. Puis nous prenons un bus électrique qui nous monte directement à Montmartre ! Petite anecdote, nous avons raté la station où nous devions descendre (place Du Tertre), du coup c’est le bus qui nous a descendu … mais pratiquement à notre point de départ (et son terminus), plus précisément dans la rue du Mont-Cenis ! Pous ceux qui ne connaissent pas le quartier, c’est la fameuse petite rue que l’on voit souvent dans les films et qui grimpe par une multitude de marches vers la butte Montmartre !!

p7140091

Les escaliers qui descendent vers la station de métro Anvers.

Montmartre est une ancienne commune française du département de la Seine. Elle est annexée en 1860 par Paris. Son territoire depuis, constitue pour l’essentiel le 18ème arrondissement de la capitale, une fraction ayant été attribuée à la commune de Saint-Ouen. La colline sur laquelle est bâtie Montmartre est le point culminant de Paris (130 mètres) ; on accède à son sommet par funiculaire ou empruntant un escalier de 222 marches. Cependant, la rue la plus haute de Paris est la rue du Télégraphe dans le 20ème arrondissement. La butte Montmartre est située dans le nord de la capitale. C’est l’un des endroits les plus visités par les touristes.

Ce site est desservi par la ligne de métro (M)(2) aux stations Anvers, Pigalle et Blanche ainsi que par la ligne de métro (M)(12) aux stations Pigalle, Abesses, Lamarck – Caulaincourt et Jules Joffrin.

p7140070 p71400791

Montmartre fut longtemps un village hors de Paris. Son nom a sans doute pour origine Mons Martis (le mont de Mars), car la butte était l’emplacement d’un temple dédié à Mars, dieu de la guerre, sous la période romaine. Un second temple, dédié à Mercure, s’y trouvait également. On a depuis évoqué une seconde possible origine étymologique : le mont du martyre (martyrs venant du grec martus), car elle fut, selon la légende, un lieu de passage important de Saint-Denis, premier évêque de Paris, qui aurait survécu à son exécution. Une des rues historiques menant à Montmartre s’appelle Rue des Martyrs.

p7140071

La colline de Montmartre est célèbre pour abriter la Basilique du Sacré-Coeur, l’église Saint-Pierre de Montmartre et l’église Saint-Jean de Montmartre. La basilique du Sacré-Cœur dite du Vœu national, située au sommet de la butte Montmartre est un édifice religieux parisien majeur dont la construction fut décrétée par une loi votée par l’Assemblée Nationale en Juillet 1873. Avec plus de dix millions de pèlerins et visiteurs par an (en 2006), c’est le second monument de France le plus visité après la Cathédrale Notre-Dame de Paris. A l’automne 1870, au cœur de l’« Année Terrible », un notable parisien, Alexandre Legentil, prononce le vœu dont la réalisation sera le Sacré-Cœur plusieurs décennies plus tard. La basilique a été majoritairement financée par de très nombreux Français dans le cadre d’une souscription nationale.

p7140077  p7140078

Montmartre était autrefois couronné de moulins à vent ; neuf agitaient leurs ailes à l’ouest : le Moulin des Prés (villa Léandre), le Moulin de la Fontaine-Saint-Denis, le Moulin Vieux, le Moulin Neuf et la Grande-Tour (rue Lepic), le petit Moulin de la Poivrière, le Blute-Fin, le Radet et celui des Brouillards. Quatre autres jalonnaient le tracé de l’actuelle rue Norvin : La Vieille, la Petite Tour et le moulin du Palais ; le Radet était là avant son transfert en 1834. Deux encore à l’Est : la Turlure et le moulin de la Lancette. Les moulins ne servaient pas uniquement à moudre le blé, ils servaient aussi à presser les vendanges ou concasser les matériaux nécessaires aux manufactures. Ils étaient aussi un but de promenade dominicale pour les parisiens. De cette multitude subsistent deux rescapés : le Blute-Fin et le Radet qui formaient avec les jardins et la ferme, le célèbre ensemble du Moulin de la Galette, avec son bal populaire.

p7140073 p7140075

La Galette, ce petit pain de seigle que les meuniers Debray débitaient, accompagné d’un verre de lait, aux amateurs de pittoresque. Miracle Montmartrois, ces habiles commerçants transformèrent vers 1830 le lait en vin et leur moulin en cabaret. Qui n’a escaladé la célèbre Butte pour aller “gambiller” au Moulin ? Après avoir servi de Music-Hall, puis de salle d’émissions publiques, de radio et de télévision, la salle, fermée en 1966, devint studio de l’ORTF et disparut avec elle.

p7140072

Les peintres de la Butte Montmartre : Aux XIXe et XXe siècles, Montmartre a été un haut-lieu de la peinture, accueillant des artistes comme Pissarro, Toulouse-Lautrec, Steinlen, Van Gogh, Modigliani, Picasso… Plus tard, la butte a été supplantée comme quartier de prédilection des peintres par Montparnasse. Aujourd’hui encore la butte Montmartre compte encore de nombreux peintres ou portraitistes qui vous proposeront une peinture ou un portrait sur la place du Tertre, mais attention de choisir judicieusement votre peintre et de bien négocier le prix de votre peinture avant pour éviter les mauvaises surprises !

p7140083

Vue sur Paris Est

Le vignoble parisien :  et oui à Paris on trouve des vignes. Elles se trouve justement sur la Butte Montmartre et chaque année depuis 1934, la “Fête des vendanges de Montmartre ” est une fête très connue qui célèbre  l’arrivée des cuvées issues des vignes de la Butte Montmartre. L’édition 2009  sera la 76ème édition. 

p7140087

Le centre de Paris : la Cathédrale Notre-Dame de Paris et le Dôme du Panthéon 

Dalida aimait beaucoup le quartier de la butte Montmartre où elle habitait. A sa mort, pour lui rendre hommage, Paris lui a consacré une place, la place Dalida, au bout de la rue Saint-Vincent, à quelques pas de sa maison, rue d’Orchampt. Un buste en bronze d’Aslan l’honore de sa présence sur cette place inaugurée fin avril 1997, à l’occasion du 10e anniversaire de sa mort. Cette place est un lieu de commémoration et de recueillement pour ses très nombreux admirateurs.  Ce site est desservi par la station de métro : Lamarck -Caulaincourt.

p7140090

Pour redescendre nous avons emprunté le funiculaire ! Peut-être l’envie pressante d’une boisson fraiche et d’une bonne glace pour nous désaltérer, car il faisait vraiment très lourd ce jour-là.  Le funiculaire de Montmartre est automatique et possède 2 cabines permettant de monter au sommet de la Butte. Il permets d’accéder directement à la Basilique du Sacré-Coeur en longeant la Rue Foyatier qui n’est en fait constituée que d’un escalier de plus de 220 marches.. Ouvert en juillet 1900, il a été entièrement rénové en 1935 puis en 1991. Long de 108 mètres, le funiculaire gravit les trente-six mètres de denivelé en moins d’une minute trente. Il transporte deux millions de voyageurs par an. Il est implanté entre les places Saint-Pierre et Suzanne-Valadon pour la station basse, et la rue du Cardinal-Dubois pour la station haute (esplanade de la Basilique).

p71400951