Paris, la plus belle ville du monde !

Si il y a bien une ville que j’adore c’est Paris ! Sans doute parce que j’ai habité durant 25 ans intra muros à Montparnasse dans le XIVème arrondissement dans un premier temps, puis à Passy dans le XVIème, près du Trocadéro et pour terminer Porte Dorée dans le XXIIème en face du bois de Vincennes !

Cette ville m’a toujours fascinée … ses vingt quartiers tous différents les uns des autres, la richesse des cultures présentes, son patrimoine culturel historique et unique, son ambiance !

Le monument le plus visité au monde !

Le monument le plus visité au monde !

J’adore les piques-niques sur le champs de Mars en été, on papote entre amis, on fait de nouvelles connaissances, et à l’unanimité dans un grand cri …….. waouhh ! la Tour Eiffel se met à clignoter !!

Pique-nique sur le Champs de Mars et en arrière plan, l'école militaire

Pique-nique sur le Champs de Mars et en arrière plan, l’école militaire

 

La Tour Eiffel aux couleurs de l'union Européenne - Août 2008

La Tour Eiffel aux couleurs de l’union Européenne – Août 2008

Aujourd’hui j’habite à 30 Km de Paris … mais en 35mn je suis en centre ville ce qui me donne l’occasion d’y retourner souvent ! Dans le cadre de mon travail, il m’arrive également d’organiser des sorties culturelles sur Paris et je ne rate jamais une occasion.

La Tour Eiffel scintillante

La Tour Eiffel scintillante

 

Le projet d’une tour de 300 mètres est né à l’occasion de la préparation de l’Exposition universelle de 1889 : Les deux principaux ingénieurs de l’entreprise Eiffel, Émile Nouguier et Maurice Koechlin, ont l’idée en juin 1884 d’une tour très haute, conçue comme un grand pylône formé de quatre poutres en treillis écartées à la base et se rejoignant au sommet, liées entre elles par des poutres métalliques disposées à intervalles réguliers. C’est une extrapolation hardie à la hauteur de 300 mètres -soit l’équivalent du chiffre symbolique de 1000 pieds- du principe des piles de ponts que l’entreprise maîtrise alors parfaitement. Eiffel prend le 18 septembre 1884 un brevet “pour une disposition nouvelle permettant de construire des piles et des pylônes métalliques d’une hauteur pouvant dépasser 300 mètres”.

66241_475961817958_527602958_6857076_4250938_n

Vue sur le quai de la Bourbonnais et la Seine, depuis la Tour Eiffel

66241_475961822958_527602958_6857077_7402213_n

Vue sur le Trocadéro et ses jardins, le palais de Chaillot formé de deux pavillons et le Parvis des droits de l’homme (une dalle scellée en 1985  proclame que « les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits » selon l’article 1 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789).

La Tour Eiffel est le monument, dont l’entrée est payante, le plus visité au monde. Au Pied de la Tour, le quai de la Bourdonnais et son embarcadère pour une croisière sur la Seine en bateau-mouche.

Bateau-mouche près de l'ile de la Cité

Bateau-mouche près de l’ile de la Cité

En remontant la Seine, nous arrivons sous le Pont Alexandre III près des Invalides, du petit Palais et du Grand Palais. La construction du Pont Alexandre III a été décidée en 1896, à cause des difficultés de circulation, de la création de la gare des Invalides (1893) mais c’est surtout la perspective de l’exposition universelle qui a relancé le projet. Symbole de l’alliance franco-russe, la première pierre a été posée par le tsar Nicolas II de Russie, fils d’Alexandre III. Il a été achevé en 1900 et inauguré en même temps que l’exposition universelle.

Le Grand Palais, vu de la grande roue du Jardin des Tuileries

Le Grand Palais, vu de la grande roue du Jardin des Tuileries

 

Le Grand et le Petit Palais ont tous les deux été construits, face à face, pour l’exposition universelle de 1900, à l’emplacement du palais de l’Industrie lui-même construit pour l’exposition universelle de 1855. Ces deux monuments contribuent à cette grande perspective parisiennne qui va des jardins des Champs-Elysées aux Invalides.  En remontant encore la Seine nous arrivons place de la Concorde où domine l’Obélisque. C’est en 1836, qu’est érigée l’Obélisque, offerte à la France par le vice-roi d’Egypte Méhémet Ali, en remerciement des travaux de Champolion sur la pierre de Rosette. Il fallu 2,5 ans pour transporter du temple de Louqsor à Paris, le précieux bloc de syénite rose à la gloire de Ramsès II, haut de 22,86 mètres et pesant 230 tonnes.

L' Obélisque place de la Concorde

L’ Obélisque place de la Concorde

 

La Place de la Concorde en Décembre 2008

La Place de la Concorde en Décembre 2008

Jardin des Tuilerie - Vue de la grande roue sur le musée d'Orsay et la Tour Montparnasse

Jardin des Tuileries – Vue de la grande roue sur le musée d’Orsay et la Tour Montparnasse

Le Jardin des Tuileries est créé en 1554 : Catherine de Médicis ne se plaisant pas dans le palais du Louvre décide de se faire construire un palais et des jardins sur l’emplacement d’un four à tuiles, faisant face au Louvre. Les rois successifs n’auront de cesse de relier le Louvre au Tuileries par deux longues galeries terminées par le Pavillon de Flore côté Seine et le Pavillon de Marsan, côté nord. Le jardin classique dans le style italien est séparé du palais par un mur, on pouvait y voir des fontaines, une grotte, un labyrinbthe, une ménagerie.. c’est le premier du genre !…

Une magnifique vue de la butte Montmartre et la basilique du Sacré Coeur, depuis la grande roue

Une magnifique vue de la butte Montmartre et la basilique du Sacré Coeur, depuis la grande roue

Jardin des Tuileries - Vue de la grande roue sur la Tour Eiffel et le Dôme des Invalides

Jardin des Tuileries – Vue de la grande roue sur la Tour Eiffel et le Dôme des Invalides

Au XVIIème siècle, sous la houlette de Le Nôtre, le jardin des Tuileries subit des transformations importantes : l’allée centrale est bordée de grands parterres agrémentés de bassins ; une symétrie parfaite est mise en exergue par les nombreux carrés soulignés par les rampes, quinconces et bordures, le tout décoré au XIXème de nombreuses statues. C’est le dessin actuel !

Jardin des Tuileries - vue de la grande roue sur le musée du Louvre

Jardin des Tuileries – vue de la grande roue sur le musée du Louvre

Malgré l’incendie du palais des Tuileries en 1871 et la destruction des ruines en 1883, il fallut attendre 1991 pour que le jardin des Tuileries et celui du Carrousel soient réunis. Cela a été réalisé dans le cadre des travaux du “Grand Louvre” initié par François Mitterrand : la création de l’axe Pyramide du Louvre, Carrousel, Tuileries, Concorde, Champs Elysées, Arc de Triomphe, grande Arche de la Défense.

Fort de ses 26 hectares, le plus central des jardins de Paris est aussi le plus grand jardin à la française. Aux premiers rayons de soleil, une foule des plus hétéroclites s’y presse : touristes las de trop de musées, mamans et petits enfants à l’heure de la promenade, étudiants le nez plongé dans leurs manuels, promeneurs errant distraitement le long des allées ou encore vieilles dames avec leur sac de pain dur à donner aux oiseaux… Personne pour vous dire ne pas aimer ces jardins si somptueusement cernés des plus beaux monuments de Paris !

L'une des nombreuses statues qui ornent le jardin des Tuileries

L’une des nombreuses statues qui ornent le jardin des Tuileries

 

La Tour Vendôme sur la place du même nom, à deux pas du jardin des Tuileries

La Tour Vendôme sur la place du même nom, à deux pas du jardin des Tuileries

 

Décembre 2008

Décembre 2008

Place Vendôme

Nous longeons le jardin des Tuileries pour remonter sur le musée du Louvre, la grande pyramide de Pei. La Pyramide du Louvre est une pyramide de verre et de métal, située au milieu de la cour Napoléon du Musée du Louvre, où se situe le hall d’accueil. Commandée par le Président de la République François Mitterrand en 1983, la pyramide a été conçue par l’architecte sino-américain Ieoh MIng Pei. La structure, qui a été entièrement construite de segments de verre, s’élève à 20,6 mètres sur une base carée de 35 mètres de côté. La pyramide est composée de 603 losanges et 70 triangles en verre. Elle a été inaugurée le 4 Mars 1988 et ouvert au public le 29 Mars 1989.

Pyramide du Louvre

Pyramide du Louvre

 

Nous arrivons vers le pont des Arts, dit pont des amoureux ! Puis nous remontons la Seine jusqu’à l’ile de la Cîté qui n’est plus très loin … Arrivée à Paris-plage, qui personnellement ne m’interresse pas .. trop de monde ! et je préfère la vraie plage !

Paris-plage sur les bords de Seine

Paris-plage sur les bords de Seine

 

Notre DAme de Paris

Notre DAme de Paris