Scènes de rues à Istanbul

Merhaba ! (bonjour en turc)

Ceux qui ont déjà séjourné à Istanbul savent de quoi je parle lorsque je dis : vendeurs de simits, cireurs de chaussures, vendeurs de maïs, de marrons, de graines pour les pigeons … A pratiquement chaques coins de rues vous trouverez un marchand ambulant ! parfois il vous vendra un jus d’oranges ou de grenades pour 3 fois rien ( bir (une) Yeni Türk Lirasi (Nouvelle Livre Turque) YTL soit environ 0,60€ ) et fraichement pressées devant vous.

NB : A noter que la devise turque est très instable et qu’il vaut mieux faire le change petit peu par petit peu … un jour pour 50€ vous aurez 83 YTL dans votre porte-monnaie, et le lendemain vous pourrez avoir, toujours pour la même somme de 50€, 95 YTL environ ! Pour ma part, concernant les plus gros achats je paye en CB !

Vendeur de Maïs à Sultanahmet

Vendeur de Maïs à Sultanahmet

 Quant aux vendeurs de simit, sachez que c’est une société qui emploi du personnel pour vendre dans les rues. Cela rapporte un peu de revenu aux familles. Vous pourrez la plupart du temps voir des personnes très agées vendre les simits. Le prix est donc le même et J’ai toujours payé 3 YTL (soit environ 1,60€) les 3 simits ..

Vendeuse de simits à Eyup

Vendeuse de simits à Eyup

Mais qu’est-ce donc le simit ?? Le simit est un petit pain rond, recouvert de graines de sésame et mangé à tout heure par les turcs ! On se prend un çay et on grignote son simit en même temps ! Cela fait parti de la culture turque, comme nous pourrions prendre un thé et un gâteau !

Vendeur de simit

Vendeur de simit

En exclu, juste pour mes lecteurs, voici la recette de simit … mais elle n’est pas sur le net, car celle que l’on trouve contient des oeufs (yagli simit) et celle sans les oeufs (susamli simit) je l’a tient d’une amie turque :-))
INGREDIENTS :
250 gr. beurre fondu
1 verre d’huile d’olive
1 C à C de sel
2 C à dessert de sucre
1 C à dessert de mahlep
1 jaune d’oeuf (le jaune d’oeuf est utilisé juste pour dorer les simits)
1 kg de farine ( cela fait pas mal de simits)
Ne pas oublier les graines de sésame
Mélangez la farine et le sel avec un mixer dans un grand bol. Creusez un puit et versez le beurre fondu, l’huile d’olive, le sucre, le sel et le mahlep. Malaxez le tout en ajoutant deux cuillères d’eau. Divisez en parts et confectionnez plusieurs couronnes. Placez les simits sur une plaque que l’on aura huilée. Déposez des graines de sésame, puis placez la plaque au four à 200 degrés. Cuisson: 30 minutes.
On peut congeler les simits et les décongeler qand l’envie nous prend d’en manger.
Afiyet Olsun !

Simit à déguster tout au long de la journée  accompagné d'un çay !

Simit à déguster tout au long de la journée accompagné d'un çay !

Vendeur de simits en tenue traditionnelle

Vendeur de simits en tenue traditionnelle

Et un dernier simit pour la route ...

Et un dernier simit pour la route ...

Du côté de la grande muraille de Théodose

Du côté de la grande muraille de Théodose

Un petit commerce atypique :-))

Un petit commerce atypique :-))

livreur à Galata

livreur à Galata

Commerce traditionnel ...

Commerce traditionnel ...

Scènes de rues …

Une petite tzigane rencontrée devant la mosquée de Beyazit …
Enfant tzigane à Beyazit

Enfant tzigane à Beyazit

Un joli petit minois !

Un joli petit minois !

Ahirkapi est le nom d’un quartier d’Istanbul où se sont succédées des générations de tziganes. La culture musicale y est foisonnante et tout enfant qui y vient au monde se destine un jour où l’autre à jouer d’un instrument pour accompagner en musique les grands moments de la vie de sa communauté.
   

  

Pour voir quelques vidéos de musique tziganne par le groupe Ahirkapi Roman Orkestrasi www.turquoiseproduction.com 

 

 

Comme vous pouvez le constater coiffeur en turc se dit kuaför (se prononce kouafeur) ! ne pas oublier de mettre le tréma sur le Ö, pour avoir le son E, sinon cela donnerait kuaf[ou]r ! De même, le son U sans tréma donne le son OU et avec tréma, le son U … lorsque l’on a compris le principe des voyelles turques, il est plus aisé de comprendre quelques mot simple.
Depuis un peu plus d’un siècle de nombreux mots français « turquisés » sont entrés d’abord dans la langue parlée, puis dans le Turc académique. Il est difficile de les dénombrer exactement car, sous l’influence des médias dont de très nombreux journalistes ont suivi les cours des écoles citées plus haut, chaque jour ou presque apparaissent des « francisismes », en particulier à la télévision. Pour en savoir plus, je vous conseille le site « Amoureux de la Turquie » http://reynaldbeaufort.club.fr

Une vue sur la mer de Marmara

Une vue sur la mer de Marmara

Vous avez remarqué que la rue est pentue ??? En effet, Istanbul est construite sur 7 collines, la première étant celle de la vieille ville (quartier de Sultanahmet).  autant dire que pour marcher dans Istanbul pas de talons aiguilles !! Une bonne paire de chaussures qui tient bien aux pieds, d’autant que les routes et trottoirs sont en perpétuelles reconstruction et que l’on a vite fait de se tordre un ligament … je le sais à mes dépens Grrrr !!

Le quartier de Fener, au pied de la Corne d’Or, et le bâtiment marron/rose est le Patriarchat Grec Orthodoxe d’Istanbul.

L’organisation de l’Eglise orthodoxe obéit au principe territorial, les communautés paroissiales étant regroupées en diocèses sous l’autorité d’un évêque. Les diocèses concrétisent leur unité autour de centres dont les primats ont reçu certaines prérogatives. Il s’agit des Eglises autocéphales ou autonomes qui peuvent coïncider soit avec des communautés de civilisation, soit avec des communautés nationales. A l’échelle universelle enfin, c’est l’Eglise de Constantinople ou Patriarcat oecuménique, dont le siège est à Istamboul, qui dispose d’une primauté d’honneur, lui conférant un rôle d’initiative et de préséance. istanbulguide.net

Dans le quartier de Fener/Balat, les immeubles commencent à se délabrer, les familles se retrouvent très souvent à la rue car la Mairie D’Istanbul souhaite reconstruire le quartier à des fins spéculatoires. en effet les maisons ottomanes ont un charme fou et nombreux sont les occidentaux qui souhaitent acheter dans la ville, la plupart du temps uniquement pour y venir quelques week-end par an !!

Ces maisons sont superbes … regardez plutôt …

Maison ottomane

Maison ottomane

Maison ottomane dans le quartier de l'église orthodoxe Kariye Müzesi

Maison ottomane dans le quartier de l'église orthodoxe Kariye Müzesi

maison ottomane à Sultanahmet, à côté de la citerne basilique ( (Yerebatan Sarayı)

maisons ottomanes à Sultanahmet, à côté de la citerne basilique ( (Yerebatan Sarayı)

maisons ottomanes dans le quartier de Fener/Balat

maisons ottomanes dans le quartier de Fener/Balat

Les iles des Princes

L’archipel des Princes est formé de neuf îles, dont cinq sont habitées, et se situe à 15 kilomètres au sud d’Istanbul.

Un journée passé sur les Iles des Princes, plus précisément Büyü kada, la plus grande et certainement la plus belle des iles des Princes. Nous avons eu près d’une heure et demi de traversée en Ferry pris près de la gare de Sirkeci.
L’ile est paisible, car aucun  véhicule n’y est autorisé (sauf ceux des employés municipaux et de chantiers). 
 

 

Balade en calèche à Büyü Kada

Balade en calèche à Büyü Kada

Le transport se fait en calèche, fort agréable mais cher (30€ le tour de l’ile … environ 2h de visite + un arrêt si vous le souhaitez sur le sommet de l’ile : Le col de Birlik… ici se trouve un parking à calèches, des  ânes pour des balades, une restaurant avec une vue superbe sur un des ilot et au loin se profile les 2 rives d’Istanbul. C’est la municipalité qui est propriétaire des calèches ainsi que des ânes. Donc ici aussi, les prix sont les mêmes.  Il est à noter que quelques soit le temps que vous prenez si vous souhaitez vous arrêter en haut de l’ile, votre « chauffeur » vous attend patiemment … nous, nous avons fait une petite pause de 1h afin de nous restaurer et boire un çay !
maison ottomane en bois à Büyü kada

maison ottomane en bois à Büyü kada

La bourgeoisie stambouliote y passe l’été depuis la nuit des temps Les jolies maisons de bois rivalisent de beauté et d’originalité, entourées de jardins fleuris où les chats sont rois. Les clubs les plus mondains ont un pied-à-terre sur l’une ou l’autre de ces îles.

maison ottomane à Büyü Kada

maison ottomane à Büyü Kada A l’époque byzantine, les îles, centre religieux grec-orthodoxe et résidence d’été impériale, ont servi de lieu de réclusion aux princes exilés, prétendants au trône ou réfractaires menaçant l’Empire. Le plus célèbre exemple est celui, au 8ème siècle, de l’Impératrice Irène, mère de l’Empereur Constantin VI. Le nom des îles vient de ces princes exilés, les Istanbouliotes les appellent tous simplement Adalar (îles en turc) mymerhaba.com maison ottomane en bois à Büyü kada

 

 

 

maison ottomane en bois à Büyü kada et vue sur la mer

maison ottomane en bois à Büyü kada et vue sur la mer

 Selam (salut en turc) et à bientôt pour un autre article :-))

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.