La cathédrale St Guy – Katedrála svatého Víta

De son nom complet : Cathédrale Saint Guy, Saint Venceslas et SAint Adalbers (en tchèque : Katedrála sv. Víta, Václava a Vojtěcha) !

Sur la 3e place du château de Prague se trouve la cathédrale Saint-Guy. La construction de cette cathédrale débuta en 1344, sous le règne de Charles IV (le grand bâtisseur), et se termina en 1929 ! Entre temps, elle subit différents problèmes : incendies, guerre, bombardements, pillages. Mathieu d’Arras en est l’architecte (1344-52) puis Peter Parler (1356-99). Les guerres hussites (guerre de religion – 1421), le feu et l’occupation du château ralentirent la construction, mais c’est surtout son pillage par les calvinistes en 1619, qui lui fit le plus de mal. La gestion de la cathédrale est actuellement en pourparlé, car elle fut confisquée par le régime communiste en 1954, donc sous la gestion de l’Etat, mais l’Eglise catholique la réclame dans le cadre de la restitution des biens confisqués par le régime communiste.

p5070548

La construction débute en 1344 sur l’emplacement de l’ancienne rotonde romane. Elle a été réalisée par différents architectes parmi lesquels Jean de Luxembourg et ses fils, Mathieu d’Arras et Petr Parléř.

p5070583

La face de la cathédrale vue de la cour du château. C’est un chef d’oeuvre d’architecture néogothique entourée de deux tours. Sa renommée vient essentiellement de sa rosace qui raconte la création du monde.

p5070591

p5070594 p5070596

La nef est composée d’une voûte à nervures. Cette très belle réalisation est l’œuvre de Petr Parléř.

La chapelle de la Vierge Marie est située dans le chœur de la cathédrale. C’est une belle œuvre gothique qui contient les tombeaux des premiers rois de Bohème (XIème siècle). Le mausolée royal est celui de Ferdinand Ier de Habsbourg de sa femme et de son fils.

p5070617

p5070599 p5070597

L’intérieur de la cathédrale est assez hétérogène. Le mélange des styles dû à la durée de la construction révèle, toutefois, un aspect charmant. Les principales œuvres de la cathédrale sont les chapelles, la nef et le clocher.

p5070621

A l’intérieur on trouve la chapelle St Venceslas (Václav en tchèque, prénom parfois transcrit en Venceslav ou Wenceslas) datant de 1366 se trouve au centre de la nef. Il s’agit du joyau de la cathédrale. Elle a été réalisée par Petr Parléř et mélange les styles Gothique et Renaissance. Elle est recouverte de fresques racontant la vie du Christ et de Venceslas, notamment son assassinat. De grosses pierres précieuses ornent les murs. Au centre de la chapelle se trouve le tombeau de Venceslas. Il fut un souverain tchèque (924-935, il est également le saint patron de la Tchéquie. A la porte est fixé l’anneau auquel se serait raccroché le saint lorsqu’il fut assassiné par son frère cadet Boleslav. Il est considéré comme un martyr.

p5070624

La chapelle St Venceslas donne accès à la chambre du Trésor où l’on conserve la couronne impériale, le sceptre.

p5070610

La chapelle et le tombeau de St Jean Népomucène tout en argent.

p5070611

La chapelle et le tombeau de Saint-Jean Népomucène symbolisent l’apogée du Baroque. Le style est assez décadent et prétentieux. La chapelle est recouverte d’argent et des anges semblent couver le tombeau.

p5070616

Enfin, il est possible d’atteindre le sommet du clocher et ainsi admirer l’horloge astronomique. Pour cela, il faudra monter les 287 marches d’un escalier en colimaçon.

p5070627

Sur la façade sud (à droite de l’entrée de la cathédrale), la porte d’Or, autrefois l’entrée principale, vaut le détour. L’architecture y est fine, ouvragée, avec trois voûtes en arceaux de style gothique flamboyant, surmontées d’une mosaïque vénitienne aux couleurs riches représentant le Jugement Dernier. La porte d’Or était l’entrée principale de la cathédrale du temps des rois. A droite, le passage aérien permettait aux rois de passer directement du palais à l’oratoire royal de la cathédrale.

p5070632

Le clocher renaissance (bien que terminée par un bulbe baroque) rappelle le surnom de la ville de Prague, « la ville aux cent clochers ». Sur le fronton de la grande tour sud de la grande cloche vous ne pouvez pas louper la splendide mosaïque dorée (dite Porta aurea) incrustée d’un million de carreaux de verre de 30 couleurs différentes représentant le jugement dernier. S’y trouvent aussi le roi Charles et la reine Elisabeth de Poméranie. La mosaïque date de vers 1370, oeuvre d’artisans italiens selon un dessin original du vénitien Semitecola  et est considérée à juste titre comme le plus rare chef-d’oeuvre de mosaïque monumentale moyenâgeuse au nord des Alpes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.